Il est attendu comme le PAF. Les gens commandent à leur télé via la manette. Peu importe la chaîne qui s'engraisse, pourvu que la vitesse passe, qu'une sonnette résonne à ces têtes dans le guidon, que le tant attendu ne se fasse pas trop prier pour dire bonsoir.

Aux alentours d'une heure approximativement ponctuelle, le générique se fait court et la caméra tourne sur un plan fixe. Le voilà. Téléspectaté par des millions de regardateurs. Comme prévu par les coutumiers, il dit bonsoir. C'est une star. Il a l'air de jubiler face aux pèlerins télévisuels. Lui, le grand, l'immense procrastinateur, dans un si petit écran.

Comme chaque soir, il s'apprête à remettre au lendemain. Sa routine est tournée vers un futur semblable. C'est ainsi. Les amateurs du genre pourront râler, gronder d'un orage tonitruant, pleurer des averses de larmes ou afficher un visage rayonnant, rien n'y fera : ce sera pour demain.

Le type fait du vent, s’acclimate d'un direct en contradiction avec sa procrastination, fait patienter les esprits en blablatant de la pluie et du beau temps. Mais les regardateurs sont aussi des apprentisseurs, et ils veulent savoir une chose quantifiable par leurs cervelles aux degrés variables : combien ?

Alors, le procrastinateur donne ce pourquoi il vend ses services : il annonce combien. Toujours, pour ne pas risquer de décevoir, il rappelle qu'il remet au lendemain : « demain, douze à Toulouse, sept à Espelette, deux à Troyes, et cinq à Sète ».

Ce soir, il fait des mouvements de mains pour dire qu'au lendemain l'espoir reprendra au crépuscule. Voilà. Le procrastinateur dit au revoir et à demain. Son temps d'antenne est générique et ce dernier a le mot de la fin.

Parfois, un ou deux regardateurs se questionnementent : n'en a-t-il pas marre de ne pas vivre dans le présent ? Par quoi est-il passé pour n'être axé que sur le futur ? Les téléspectatives les plus rabat-joies éteignent la télé d'un coup de bouton, en pensant que si le procrastinateur faisait la météo d'hier, il aurait au moins le loisir de ne pas se tromper.

--
Et si vous receviez directement les micronouvelles dans votre boîte mail, le jour de leur publication? Ça se passe >> ICI <<

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s