Voici une histoire de désirs persistants. Une relation avec une provocatrice de sentiments particuliers, chatouillant en moi des tendances passionnelles, des envies de confessions nocturnes.

C'était une blonde sulfureuse à qui toute personne normalement constituée ne pouvait que s'attacher. Elle attisait mon désir d'une danse enflammée, dangereuse tentatrice de ces nuits sans fin passées à se bouffer les lèvres.

Mais comme tout, souvent, on se lasse, et on se demande si on ne serait pas mieux seul.
Un jour, parce que je pensais que l'existence serait plus belle sans elle, j'ai décidé de la jeter. Un couple de dix ans décimé du jour au lendemain, arraché à la routine et balancé sans cœur comme un vieux mégot. 

Sur le moment, on pense qu'on va s'en sortir, qu'elle et moi n'étions que de vieux amants sans surprise, que nous nous cramions de nos baisers éternels, qu'ils n'avaient plus la saveur des premiers essais.

Aujourd'hui, je l'ai quittée depuis plus d'un an, et j'en souffre terriblement. Je la croise dans la rue, dans les bars le soir, cramponnée aux lèvres d'un autre comme si je n'avais pas existé.
Je lui fais les yeux doux mais rien ne fonctionne.

Je tremble de son absence, tiraillé entre les bonnes raisons de l'avoir quittée et les douloureux instants de manque où la vie me semblait plus douce avec elle.

Cette histoire de désirs persistants est aussi simple que cela : un amour de fumeur, excité par le désir d'une clope. Chaque soir depuis plus d'un an, je ne souhaite qu'une chose: lui dévoiler ma flamme.

--

Et si vous receviez directement les micronouvelles dans votre boîte mail, le jour de leur publication? Ça se passe >> ICI <<

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s